Du 15 novembre au 28 décembre 2014

Norrsken - Lueurs du nord

Kitty Crowther, Marcel Dzama, Joanna Hellgren, Jockum Nordström et Hannah Waldron au Studio Fotokino

Ci-dessus : Jockum Nordström, image extraite de Vart ska du ?, Rabén & Sjögren, 2013

Vernissage
Samedi 15 novembre 2014 à 11h
en présence de Joanna Hellgren

Studio Fotokino
33 allées Léon Gambetta, Marseille 1er

Exposition ouverte du mercredi au dimanche de 14h à 18h30

Fermeture exceptionnelle le 25 décembre

Samedi 13 décembre à 16h
Lecture de Kitty Crowther à la Librairie Histoire de l’œil
Une fois le brunch de Sainte-Lucie digéré, la librairie Histoire de l’œil (25 rue Fontange, 6e) accueille Kitty Crowther pour une lecture de son tout nouveau livre, Mère Méduse, paru chez Pastel – l’École des loisirs.

Cinq artistes de l’Europe du Nord et du Canada viennent éclairer le mois de novembre de leur univers insolites. À travers des supports différents, comme le dessin, le collage, le livre d’artiste, la gravure ou le textile, chacun fait apparaître un monde singulier, traversé par une sensibilité toute nordique, où les éléments de la nature, l’habitat, le lien à l’autre, font partie des thèmes récurrents.

Sont présentées au Studio les étonnantes créations de l’artiste suédois Jockum Nordström, qui transforme d’une main de maître le carton et le papier en sculptures à la fois fragiles, naïves et impertinentes. Très proche du canadien Marcel Dzama, avec lequel il a collaboré a plusieurs reprises, il est surtout connu pour ses dessins et collages, dont nous montrons quelques originaux, issus de son dernier livre pour enfant. Ces deux touche-à-tout ont un faible pour les personnages en forme d’animaux, et aiment inventer des histoires peuplées d’écureuils, de chauve-souris, d’insectes et autres créatures plus ou moins réelles.

Auteur-illustratrice belge (d’origine suédoise et anglaise), Kitty Crowther déploie également dans ses dessins un imaginaire très personnel, où la forêt, le sol, la végétation, les étendues d’eau, ont une telle présence qu’elles dépassent le statut de simple arrière-plan pour devenir les protagonistes de ses livres, au même titre que ses personnages. Ce talent pour convoquer une nature mystérieuse et profondément vivante, elle le partage avec Joanna Hellgren, auteure de bandes dessinées qui, de son trait délicat, restitue les paysages doux-amers de la Suède, entre campagne et ville. Teintées de mélancolie, ses histoires nous plongent au coeur d’une narration cinématographique, ponctuée d’ellipses et de silences, évoquant les souvenirs d’enfance et leurs flux d’images chaotiques.

Si les créations de Hannah Waldron s’éloignent du récit et appartiennent davantage au domaine des arts graphiques, elles n’en possèdent pas moins une dimension poétique, fortement influencées par l’art folklorique. Cette jeune anglaise, qui travaille aussi bien le textile, l’illustration que le design, partage avec les autres artistes de l’exposition un certain regard sur le monde qui nous entoure, les formes et les couleurs constituant un série de motifs qu’elle décline ensuite dans des compositions subtilement tissées.