Une journée tranquille à la campagne

Ah, les joies de la campagne ! Le repos, l’herbe tendre, le temps qui file lentement... Sauf qu’avec Jacques Tati et Buster Keaton, la vie en plein air n’est pas si tranquille que ça !

Dès 5 ans
Mercredi 10 décembre à 18h & dimanche 14 à 14h aux Variétés

Une séance composée de trois films :


Soigne ton gauche

de René Clément

France, 1936, 12’. Scénario de Jacques Tati. Avec Jacques Tati, Max Martel, Robur Cliville.

Un boxeur renommé vient s’entraîner dans un village. Venu à bout de ses sparing partners, son coach recrute pour entretenir le champion Roger, un garçon de ferme très enthousiaste mais novice en matière de boxe… Sur le ring, le jeune homme a bien du mal à faire face à son adversaire, champion de la discipline... il s’arrête même pour consulter un manuel au beau milieu du combat ! Avec l’aide du postier du village, il viendra tout de même à bout du colosse, à l’issue d’un combat épique !

Jacques Tati interprète le jeune héros, et laisse déjà entrevoir son sens du burlesque et sa fascination pour les jeux sonores. « Le film retraçait mes déboires sportifs, et me permettait de découvrir un personnage comique assez nouveau pour le cinéma français : le facteur ». Tati.


L’École des facteurs

de Jacques Tati

France, 1947, 16’. Avec Jacques Tati.

Trois facteurs de campagne suivent un cours où on leur apprend le coup de pédale, la descente de vélo et la remise du courrier. Le but de ce cours est d’accélérer leur tournée afin qu’il remette le courrier à l’avion de l’aéropostale.
Distrait, nonchalant, le corps droit et rigide l’un des facteurs part pour sa tournée d’une façon tonitruante. Son imagination débordante, son zèle ne vont pourtant pas l’empêcher de prendre du bon temps. Il s’arrêtera au bistrot pour quelques pas de danse. Arrivera-t-il à temps pour remettre le courrier au pilote ?

Grande répétition avant le premier long métrage de Tati, Jour de Fête !


L’Épouvantail

de Buster Keaton

The Scarecrow - États-Unis, 1920, muet, 20’

Conçue comme une incroyable mécanique automatisée nous évoquant les machines inutiles de Rube Goldberg, la maison de Buster Keaton semble tout de même vide. "Que vaut un foyer sans une mère ?" peut-on lire au frontispice du salon... Il lui manque l’amour ! Entreprenant, il va mettre la campagne sans dessus-dessous pour conquérir le cœur de sa voisine.

L’un des court-métrages les plus inventifs de Keaton, toujours à 100 à l’heure !