11 - 26 mars 2017 - Studio Fotokino

9645 magazines, 53 étudiants, 1 artiste

Francesc Ruiz, Les kiosques de Toulon

Ci-dessus : ©Francesc Ruiz

Vernissage
Le samedi 11 mars à 11h _
Visiteurs du dimanche
Le dimanche 12 mars à 11h

Lieu
Studio Fotokino
33 allées Gambetta
Marseille 1er

Une cinquantaine d’étudiants de DSAA1 (Diplôme supérieur d’Arts Appliqués, niveau Bac+3) travaillent à Marseille, répartis en 4 lycées : Saint-Exupéry (design graphique) ; Diderot (Espace) ; Marie Curie (Evénementiel), Jean Perrin (Design produits). 
Avec leurs enseignants de philosophie et d’histoire des arts, des sciences et des techniques, explorent chaque année des questions muséales variées : statut des œuvres dans une collection, conservation, muséographie, etc.

Cette année, le projet porte sur l’œuvre d’art contemporain, en collaboration avec le Frac-Provence Alpes Côte d’Azur. Documenter l’art contemporain interroge la documentation rassemblée sur les œuvres. Ces questions sont abordées autour d’un artiste et de son œuvre récemment entrée dans les collections du Frac :
Francesc Ruiz, les kiosques de Toulon.

L’exposition conçue pour Fotokino est la première présentation de cette œuvre depuis sa création à Toulon et son entrée dans la collection publique du Frac. L’exposition montrera également le travail réalisé par les étudiants : rencontre avec l’artiste, collecte de données, hypothèses de présentation au public.

Francesc Ruiz, sélectionné pour représenter l’Espagne à la Biennale de Venise en 2015, travaille sur l’espace urbain, les objets imprimés, la culture et les images populaires. Né en 1971, il vit et travaille à Barcelone. Inspiré par les images et imaginaires urbains, Francesc Ruiz attribue aux kiosques un rôle central de ieu de passage, nœud de circulation et condensé de ville.

Les installations débordantes de Ruiz ne visent ni la reconstitution ni la fidélité aux bâtiments. Les kiosques sont pour lui les carburateurs d’une cité : ils injectent du papier, du son, des images fixes et animées, des livres déjà lus, des lectures futures, des rencontres, des projets. Impulsant des flux d’information, ils constituent des éléments moteurs de l’imaginaire urbain.

Les kiosques de Ruiz sont d’abord une source d’énergie, nourrie d’un magazine de 64 pages conçu par l’artiste et tiré à 11.000 exemplaires.